Partager sur

Confinement : pouvez-vous faire venir un plombier ou un électricien à la maison ?


Publié le 26 mars 2020

Malgré les mesures de confinement, vous pourrez a priori faire appel à des artisans, pour des travaux à domicile. Mais seulement dans certaines situations urgentes... Des consignes devraient rapidement être transmises aux professionnels.

La France rentre doucement en quarantaine. Ce lundi, le président de la République a durci les règles de confinement, face à la propagation du coronavirus. Il a appelé les Français à "réduire [leurs] déplacements et [leurs] contacts au strict nécessaire", et ce pour "15 jours au moins", à compter de ce mardi 17 mars à midi. Certains professionnels pourront toutefois continuer d’exercer leur activité. Un arrêté est d’ailleurs venu préciser les commerces qui peuvent continuer d’accueillir du public, comme les commerces d’alimentation générale ou spécialisée, les tabacs, les stations services ou encore les commerces de détail d’ordinateurs ou de matériels de télécommunication. Mais qu’en est-il des artisans se déplaçant à domicile des particuliers, tels que les plombiers, électriciens ou dépanneurs chauffagistes ?

A l’heure où nous écrivons ces lignes, les consignes semblent encore un peu floues. Hier encore, le gouvernement appelait à maintenir l’activité. “Les chantiers doivent continuer et les distributeurs négoce de matériaux peuvent servir et livrer nos artisans et entrepreneurs”, déclarait ce lundi Jacques Chanut, le président de la Fédération Française du Bâtiment, suite à une réunion avec le ministre de l’Economie Bruno le Maire et la secrétaire d’Etat Agnès Pannier-Runacher. Pour autant, les consignes pourraient rapidement évoluer. “La situation est tout de même bizarre : on nous dit qu’il faut limiter les contacts à 5 personnes par jour maximum, mais dans le même temps, on maintient les chantiers, même à domicile”, tempête Patrick Liebus, le président de la Capeb, le syndicat professionnel des petits artisans du bâtiment. Le problème étant qu’en cas de contamination d’un salarié sur un chantier maintenu, c’est l’employeur qui sera tenu seul responsable.

Une fiche spécifique pour travaux d’urgence

Aussi, dans l’attente de précisions sur la mise en oeuvre de certaines des mesures annoncées, le président de la Capeb plaide-t-il pour un arrêt total des chantiers, sauf exceptions de type dépannage d’urgence, dans les cas où la sécurité des personnes et des équipements seraient engagées. “J’ai demandé aux pouvoirs publics que soient éditées des fiches spécifiques pour travaux d’urgence, sur le mode des formulaires pour déplacements, détaille Patrick Liebus à Capital. L’artisan inscrira le nom de son entreprise, le nom du client et la raison de l’urgence, pour pouvoir se rendre au domicile du client.” Seuls les travaux nécessaires, suite à un dégâts des eaux, une fuite de gaz ou une coupure d’énergie seraient ainsi autorisés. D’autres opérations urgentes nécessitant l’intervention d’un professionnels pourraient ensuite être permises, selon les cas. “On peut imaginer que l’intervention d’un artisan soit nécessaire si vous êtes confronté à une fuite de toiture, après des intempéries”, illustre le patron de la Capeb. Mais ces urgences seront certainement alors traitées au cas par cas. Les travaux pouvant être reportés pourraient, quant à eux, être interdits.

De l’autre côté, des mesures ont été prévues pour permettre aux artisans de s’approvisionner en matériaux. Les distributeurs sont appelés à maintenir leur activité, pour répondre aux besoins des entreprises. Patrick Liebus s’inquiète toutefois du bon maintien de l’activité, si la période de confinement devait se prolonger au-delà des deux semaines fixées lundi soir par le président de la République. “Beaucoup de distributeurs et négociants en matériaux ferment en raison de l’épidémie, sur tout le territoire, s’inquiète le représentant des artisans. Si la période de confinement dure plus longtemps que prévu, nous serons certainement confrontés à une pénurie de matériaux.” D’où la nécessité de n’autoriser que les chantiers urgents… Une réunion (à distance) doit se tenir ce mardi après-midi entre les représentants du bâtiment et les différents ministères concernés, pour définir le caractère d’urgence des travaux à maintenir et mettre la filière en ordre de marche.

Un article de Thomas Chemel

 

Nous suivre

Adhérents

Se connecter