Partager sur

Est-ce normal que les maisons se fissurent ?


Publié le 26 mars 2020

Les maisons individuelles sont, en général, construites avec des parpaings ou des blocs creux d’aggloméré de béton, assemblés par des joints de mortier. De prime abord, celles-ci paraissent solides. Pourtant, des désordres tels que des fissures apparaissent régulièrement sur la maçonnerie des maisons, sujettes à des sollicitations structurelles. Les fissures sont plus ou moins grandes et d’orientations diverses. A quoi sont-elles dues ? Est-ce normal que certaines maisons bougent ? Explications pour bien comprendre le phénomène de fissuration.

Connaître les interactions sols et structure de la maison

Il suffit de se promener pour s’en rendre compte. Les bâtiments fissurés ne sont pas si rares, qu’ils soient anciens ou neufs. Un immeuble en zone urbaine, une maison à la campagne, une villa en bord de mer. Le point essentiel à retenir est que, la nature et les caractéristiques du sol peuvent conduire à l’apparition de tensions, de déformations et donc, de fissures, en cas de mauvaise prise en compte par le constructeur, en phase de conception puis lors de la réalisation. C’est la raison pour laquelle, avant même de poser le premier parpaing, il est indispensable d’avoir les résultats de l’étude de sol. Cette reconnaissance géotechnique permet de comprendre les interactions sols / structures. Elle vise, par exemple, à définir le type de fondations à mettre en place, ainsi que leurs dimensions et leurs profondeurs.

Construire sans reconnaissance du sol… construire au pifomètre

L’étude de sol est presque toujours obligatoire. Lorsqu’elle est facultative, elle reste vivement conseillée ! Mais en pratique, il est étonnant d’observer que de nombreuses maisons, encore aujourd’hui, sortent de terre sans aucune connaissance précise sur la nature du sol, sa capacité de résistance, sa densité, sa composition et la profondeur des couches de sol dur. L’absence d’étude de sol revient à établir les fondations de la maison au “pifomètre” et à mettre en péril l’intégrité de l’édifice.

Quand les fondations se déchaussent, ça sent mauvais

Imaginez que vous avez les pieds enfoncés dans le sable en bord de mer. Avez-vous déjà eu la sensation, lorsque la mer se retire, que le sable se dérobe sous vos pieds ? Déstabilisant ? A l’instar de vos pieds, les fondations des constructions peuvent être soumises à rude épreuve. Lorsque l’eau pluviale ruisselle le long de la construction, les fondations peuvent être amenées, à terme, à se déchausser. Ce phénomène – dit d’affouillement – entraîne des tassement localisés, provoquant des déformations structurelles et de graves désordres sur la maison, comme des fissures.

Tassements différentiels et fissuration des constructions

Au-delà du phénomène d’affouillement, évoqué ci-dessus et, en généralisant un peu, on peut dire que les mouvements de terrain – même légers – provoquent des tensions sur les maisons. Cela se traduit par des fissures sur les murs et les façades. Ce lien de cause à effet a un nom, à savoir tassement différentiel. Il s’agit d’un mouvement d’enfoncement ou d’effondrement local de l’assise du bâtiment, provoqué par différents facteurs. Là encore, la nature du sol joue un rôle décisif dans son apparition. Les sols argileux, les remblais et les terrains inondables, sont des sols favorisant le risque de tassements différentiels.

Les malfaçons accentuent le risque de fissures

Les fissures sont loin d’être le résultat d’un phénomène normal. Une maison solidement ancrée est une maison qui tient compte des contraintes du terrain. C’est aussi une maison dont la structure est prévue pour résister aux différentes sollicitations (celles du sol qui bouge, par exemple). Elle est armée, le cas échéant, à l’aide de chaînages et de raidisseurs. Ses fondations sont adaptées et conformes techniquement. Toute malfaçon accentuera le risque de voir apparaître des fissures.

La fissuration est anormale mais… c’est pas un peu trop simplifié ?

Infiltrations d’eau et fissures, action du gel / dégel, argile gonflante, affaissement naturel du sol, glissement de terrain, séisme, catastrophe naturelle, vibration liée à la construction d’un nouveau bâtiment ou d’un ouvrage d’art à proximité, etc. Les causes des fissures sont nombreuses. On pourrait écrire un livre sur le sujet (avis aux écrivains en technique du bâtiment, il n’en n’existe pas encore un complet et satisfaisant), mais je ne développe pas les causes ici pour le moment, car tout au long de ce blog, nous aurons l’occasion d’approfondir certains points, avec des conseils et des exemples pratiques.

Article de Yoann de conseil-construction.fr

Nous suivre

Adhérents

Se connecter