Nos avis clients
0

Blog de l'agence

Actualités

La nouvelle RT 2021 bientôt la.

Sommaire :

 

Qu’est-ce que la Réglementation thermique et présentation de l’historique des RT.

De quoi est-elle composée la RT 2020 ?

Quel coût pour cette nouvelle norme ?

 

 

Qu’est-ce que la Réglementation thermique et présentation de l’historique des RT.

 

C’est une norme qui permet de réglementer et d’encadrer les bâtiments neufs (Immeuble, tertiaires & maison individuelle) et de montrer leur consommation énergétique maximale.

 

RT 2000 : Entrée en vigueur le 1er juin 2001 suite aux accords de Kyoto et de Rio, ayant pour but une réduction de l’émission des gaz à effet de serre produits par la consommation d’énergie des bâtiments.

 

La réglementation thermique 2000 porte à la fois sur les bâtiments neufs résidentiels et tertiaires. Son objectif est de réduire les consommations d’énergie de 20% dans les logements et de 40 % dans le tertiaire.

 

RT 2005 : L’objectif du gouvernement était de réduire de 40% la consommation en énergie des logements neufs d’ici à 2020.

 

RT 2012 : Une construction neuve doit limiter sa consommation d’énergie pour le chauffage, le refroidissement, la production d’eau chaude sanitaire, l’éclairage artificiel et l’utilisation d’auxiliaires. Le seuil à ne pas dépasser est, en moyenne, de 50 kWh d’énergie primaire par m2 de surface habitable par an (50 kWhep/m².an). 

 

 La réglementation thermique en vigueur aujourd’hui encore en ce début d’année 2021 est la RT 2012 (en vigueur depuis le 1 janvier 2013).

A l’été 2021, une nouvelle réglementation thermique devrait voir le jour ; La RT 2021 avec de nouveaux objectifs.

 

De quoi est-elle composée la RT 2020 ?

 

L’objectif de la RT 2020 ou RE 2020 est fixé: toute nouvelle construction devra produire davantage d’énergie qu’il n’en consomme. Cette RT 2020 cible tout simplement le zéro gaspillage énergétique et la production d’énergie.

La RT 2020 (ou RE pour Règlementation Environnementale), est une nouvelle norme visant à construire des logements ou bâtiments à énergie positive (= qui produit plus d’énergie qu’il en consomme) et des maisons passives (= qui dépense très peu d’énergie et recycle celle qu’elle produit).

 

Ce que les bâtiments à énergie positive doivent avoir :

  • Une consommation de chauffage doit être inférieure à 12 kwhep/m².
  • Une consommation totale d’énergie inférieur à 100 kwh/m² (avec l’eau chaude, les lumières…).
  • La capacité de produire de l’énergie pour que le bilan énergétique soit positif sur les 5 utilitaires : chauffage, luminaires, eau chaude, clim, auxiliaires) grâce à des panneaux photovoltaïques par exemple.

 

De ce fait, la Réglementation Thermique 2020 se basera sur le principe de la maison passive qui implique de consommer le moins d’énergie possible grâce à une isolation thermique performante, des systèmes thermiques efficaces et des apports naturels en luminosité. Ces futures constructions passives imposent de réduire les besoins des habitants de la maison.

Une maison passive permet d’économiser environ 90% d’énergie comparé à une habitation existante puisqu’elle utilise de manière optimale les ressources de chaleur disponibles comme la chaleur corporelle ou celle du soleil.

 

Comment appliqué cette nouvelle RT 2020 ?

 

Par l’isolation :

Une meilleure isolation, un meilleur choix des matériaux peut réduire sa consommation énergétique en chauffage par exemple.

  • Avec des nouveaux moyens d’isolation comme les matériaux bio sources tel que le la laine de bois, le liège, paille etc. ou des planchers comme les hourdis isolés améliorent la performance thermique du logement.
  • Privilégié une isolation par ITE (Isolation extérieur) au lieu ITI (Isolation intérieur) pour gagner en efficacité énergétique et en place aussi !
  • Avec des vitrages isolants chauffants et rafraîchissants (Oui oui, une vitre chauffée par électricité !).
  • Avec les volets qui bougent en fonction de la position du soleil (L’évolution, de la domotique est en marche).

 

Une maison passive :

La RT 2020 impose la construction de maisons passives, qui produit autant d’énergie qu’elle en consomme présentant un surinvestissement de 5% à 10% par rapport à une maison classique. Il faut renouveler l’énergie et donc utiliser les énergies renouvelables, comme les panneaux photovoltaïques pour l’autoconsommation par exemple.

 

Par exemple pour chauffer une maison avec des moyens basse consommation :

La pompe à chaleur, géothermie, chauffage au bois/poêle à granulé/chaudière, chauffage solaire et le chauffage thermodynamique (qui peut réchauffer la maison et réchauffer l’eau de la maison).

 

Encore mieux, une maison passive :

La RT 2020 fait aussi référence aux maisons positives qui consomment encore moins d’énergies qu’elles en produisent, ou autrement appelées BEPOS.

 

Grâce à des équipements permettant la restitution de la chaleur/ fraîcheur à travers par exemple d’une production d’électricité par les panneaux photovoltaïques, l’autoconsommation énergétique ou encore l’aérovoltaïque (C’est un mixte de panneaux solaires photovoltaïque qui produisent de l’électricité et de panneaux solaires thermique pour chauffer l’habitation).

 

Mais aussi à travers l’eau, l’eau chaude, le confort d’habitation et le DPE:

 

La récupération d’eau de pluie, le traitement de l’eau et l’adoucisseur d’eau pour l’économie de l’eau. Le chauffage thermodynamique et le chauffe-eau solaire pour la production d’eau chaude. Le puit canadien et la VMC double flux pour le confort. Des équipements électro-ménager avec une classification selon le DPE pour des économie d’énergie et d’eau.

 

Et bien d’autres solutions qui existe afin d’améliorer notre confort d’habitat et notre consommation d’eau et d’énergie.

 

Quel coût pour cette nouvelle norme ?

 

La RT 2020 sera bien sûr plus onéreuse qu’une construction RT 2012. L’investissement d’un BEPOS est plus conséquent, on estime le coût de 5 % à 10 % plus élevé qu’une maison classique, notamment à cause d’installation d’énergies renouvelables mais à long terme il va permettre de réduire la facture énergétique, l’investissement de départ est rapidement rentabilisé à travers les économies sur vos factures dès la première année. De plus, vous aurez la satisfaction de contribuer à la lutte contre le réchauffement climatique!

 

Ecrit par votre blogueur et conseillé immobilier, Mr FRISSONG Sylvain, Tel : 06.33.21.66.13 Email: frissong@abricorse.com

Ces actus peuvent aussi vous intéresser

Salon d'Art Contemporain et de Créateurs Ajaccio

Venez nombreux découvrir les oeuvres d'artistes, designer, artisans insulaires et du Continent.
Ouverture du public : 
Le jeudi 13 septembre de 16h à 21h (vernissage à 18h).
Du vendredi 14 au dimanche 16 septembre de 11h à 21h.
Exposition
20090AJACCIO
LAZARET OLLANDINI


Ce qui change dans la loi Pinel en Corse

Initialement prévue pour ne plus être applicable après 2017, la loi Pinel sera belle et bien reconduite pour l’année 2018. Des dispositions étaient pourtant prises pour son remplacement par une nouvelle loi de défiscalisation immobilière nommée « loi Mézard ». Cette dernière n’a pas vu le jour et l’article 39 du projet de loi des finances prolonge le dispositif Pinel pour les quatre prochaines années, soit jusqu’au 31 décembre 2021. Voilà la première modification apportée à cette loi.

Toutefois, avant la vulgarisation du texte exact de ce dispositif dès janvier 2018, on connait déjà les restrictions y afférentes, votées par le Parlement. Ces dernières mesures ont fait suite à un amendement présenté par Joël Giraud, qui se trouve être le rapporteur au sein de la commission des finances dans le cadre de l’article 39 du projet de loi des finances. Ainsi, les contours du dispositif Pinel ont bougé.

Au départ, les zones Pinel comptaient : la banlieue parisienne (Zone A), Paris et sa proche banlieue (Zone A bis), les agglomérations dont la population dépasse les 250 000 habitantsainsi que certaines villes du littoral et la corse (Zone B1), les communes d’une population entre 50 000 et 250 000 habitants (Zone B2) et le reste du territoire national (Zone C).

A priori, les nouvelles dispositions excluent la Zone C de l’investissement Pinel dès 2018. Les autres zones restent éligibles à l’investissement locatif pour un bien immobilier dans le cadre de la loi Pinel 2018. Toutefois, quelques modifications viennent corroborer le dispositif. Pour la Zone B2, elle bénéficiera uniquement pour l’année 2018, d’une certaine flexibilité. En pratique, 16 communes de la zone C et 900 de la zone B2 devront se prémunir d’un agrément pour continuer à bénéficier de l’allégement fiscal. Quant à la zone B1, elle concerne près de 1500 communes et serait aussi exclue du régime sauf agrément.

Ces exclusions sont faites non seulement pour faire faire des économies au gouvernement, mais aussi pour recentrer le dispositif sur les zones tendues où il y a un besoin croissant de logements.


Les modifications apportées au Prêt à Taux Zéro en Corse

Le Prêt à Taux Zéro (PTZ) est un dispositif dont les résultats ont été palpables dans le secteur de l’immobilier en 2016. Il s’agit d’une aide qui permet au bénéficiaire de profiter d’un prêt immobilier avec un taux d’intérêt de 0 %. Il a bel et bien contribué à la création de nouveaux logements. En effet, ce dispositif a été instauré depuis 2011 et a été reconduit pour l’année 2016.

Aujourd’hui, au même titre que la loi Pinel, le PTZ sera encore reconduit pour 2018 ainsi que les quatre prochaines années. Concrètement, cette reconduction s’accompagne aussi de quelques modifications. Il s’agit notamment d’un recentrage sur les zones tendues dès janvier 2018. Cependant, cette disposition éjectant les zones rurales, elle risque de ne pas faire l’unanimité.